Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Face Cachée

  • : Le blog de Eurêka
  • : Tout ce qui me fait débloquer.
  • Contact

Albert Einstein

"La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre."

Juste par curiosité...

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 22:55
   Petit passage par ici pour vous parler d'un film que j'ai visionné dimanche et qui est à voir ab-so-lu-ment. Je l'avais surement déjà vu il y a fort longtemps, dans une autre vie sans doute, sans que cela m'ait marqué. Aujourd'hui je me demande comment cela a pu être possible.  C'est l'un de ces films que l'on voit rarement, avec de grands acteurs, un grand réalisateur, un grand scénario et de grands paysages.
Donc, pour en venir au fait, il s'agit de Out of Africa, de  Sydney Pollack, avec Meryl Streep et Robert (Redford) notamment. Je ne ferais comme d'habitude pas de résumé de ce film: si c'est pour faire un copier-coller, c'est pas la peine que je m'en donne (de la peine), et si je vous fais un résumé perso, j'ai peur d'en donner une mauvaise image, voire de le cul-cul la praliniser. Faisons quand même un essai (soyons fou): c'est l'histoire d'une femme qui, suite à une déception amoureuse, part en Afrique épouser un homme et tombe amoureuse... de ce continent et d'un autre homme (ben oui, sinon trop simple).
Bref, les paysages sont vraiment fa-bu-leux (Ah lumineux continent que l'on dit noir, quand te visiterai-je enfin?) et l'histoire défile sans que l'on prenne garde au temps qui s'écoule. Pourquoi est-ce toujours si difficile de poser des mots sur des films de ce type, de verbaliser ce que l'on a ressenti? J'ai conscience de ne pas être du tout à la hauteur.

out_of_africa_imagesfilm.jpgPetit point négatif: je n'arrive pas à mettre la main sur la bande-annonce. Donc je vous laisse le soin, si ça vous dit, d'aller chercher ces belles images de l'Afrique, voire d'aller voir ça sur place.
Il faudra qu'on parle voyages un jour...
Partager cet article
Repost0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 21:04

  

   Avec toutes ces émotions (au moins, moi, j'en ai), je n'ai pas eu le temps de vous parler d'un film formidable que j'ai vu dernièrement, et qui m'aura permis de chasser pendant un moment les pensées obsédantes que j'avais (enfin, pas tout le long du film quand même: il dure 2h20, alors il ne fallait pas trop m'en demander).
Bref, si vous aimez les grands espaces, l'aventure humaine (la vraie, pas une télé-réalité), les auteurs comme Jack London, la nature (pas celle des zoos), si vous aimez les histoires vraies, si vous regrettez qu'il n'y ait plus de grands aventuriers, vous aimerez ce film, comme moi.Je vous préviens, ce n'est pas satisfait ou remboursé. On n'est pas dans un supermarché ici! Prenez des risques, bordel de bip! (je sais, j'ai du mal à dire des gros mots)
   C'est le genre de film dont on a du mal à sortir, qui reste en tête, avec en toile de fond la musique du générique. On n'en sort pas indemne. On garde pendant un moment des étoiles dans les yeux.

   C'est l'occasion pour moi d'expérimenter une nouvelle fonction: wahou, quels progrès! Epatant, non? Je ne suis pas encore super au point, je le reconnais.




Partager cet article
Repost0
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 20:57
free music

  
   ça marche!! enfin, je crois? Après avoir passé ma soirée d'hier (j'exagère un peu: j'ai autre chose à faire), je crois avoir enfin réussi à mettre en place ce truc là, qui fait de la musique et que tout le monde à part moi savait utiliser.
Le-gentleman.jpg
    Ouf, peut-être que je réussirai à être un peu moderne quand même. Pas sûr, en tout cas côté ciné. Dernier film vu aujourd'hui: "Le gentleman d'Epson" de Gilles Grangier, avec, tenez-vous bien, Jean Gabin! N'empêche, qu'est-ce que c'était bien, qu'est-ce que les dialogues de Michel Audiard me manque!
Bon, comme on n'est peut-être pas nombreux à partager ce sentiment, ou au moins à l'assumer en regardant ces "vieux" films, je change de sujet pour évoquer un film plus récent: Arizona Dream d'Emir Kusturica. Là, tout le monde connait je pense, en particulier le titre du générique. Un beau film, vraiment, déjanté comme je les aime, avec une bande son magique.




"Rien n'est plus dangereux que d'être trop moderne ; on risque de devenir soudain ultra démodé."
     [Oscar Wilde]
Extrait de Phrases et philosophies

"Le monde moderne n'a pas le temps d'espérer, ni d'aimer, ni de rêver."
     [Georges Bernanos]

A noter: ne pas oublier de rêver, ni d'espérer...
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 12:15
... dans ce monde de brutes.

   C'est déjà agréable de tomber sur une chanson qui nous plaît (ça n'arrive pas si souvent), mais quand après on apprend (encore merci MB) que l'on doit le texte à un parolier comme Gainsbourg, c'est vraiment le pied! Ou alors, on se dit "rien de nouveau sur cette p'tite planète", il faut encore que l'on compte sur les anciens pour avoir de bonnes chansons aujourd'hui. Bref, ce n'est peut-être que le résultat qui compte après tout.
Au fait, suis-je claire? Je ne suis pas très sure là. Je parle encore de la chanson de Stacey Kent "Ces petits riens". Personnellement, j'adore l'interprêtation qu'elle en fait.
   Et là, c'est le drâme. Je découvre que quelqu'un d'autre l'a également chantée, mais en anglais (why? It's so beautiful in french!),  quelqu'un qui se débrouille toujours pour être là où on ne l'attend pas: Carla Voussavezqui. En parlant de petits riens... Pffffffff
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 11:54
  Je suis en train d'écouter une chanteuse que je connaissais seulement de nom, et j'avoue que j'aime beaucoup. Elle s'appelle Stacey Kent, et le titre "Ces petits riens". Bref, comme je ne sais pas comment ajouter un titre directement dans l'article (et que j'ai autre chose à faire que de chercher des heures comment le faire), si ça vous intéresse, par le plus grand des hasards ou si vous êtes juste curieux, merci de vous rendre sur l'un de ces sites très pratiques sur lesquels on peut écouter directement de la musique (wahou, c'qu'on fait d'nos jours!).

   En fait, j'avais plutôt l'intention de parler d'un film vu hier et sur lequel je reste perplexe. Il s'agit de "Petites coupures", avec Daniel Auteuil et plein de bonnes actrices (et très jolies, mais ce n'est pas ce qui compte, hein? c'est secondaire, n'est-ce pas?): Kristin Scott Thomas, Ludivine Sagnier, Pascale Bussières...
Bref, je vous disais que j'étais perplexe: je ne peux pas dire si je n'ai pas aimé le film ou si j'ai été trop inattentive. Peut-on regarder un film et discuter  virtuellement avec quelqu'un (par un truc qui commence par un M et finit par un N, enfin je pense que vous voyez ce dont je parle, mais je ne veux pas faire de pub) ? Le film aurait-il mérité plus de concentration de ma part, plus d'attention?  Aurais-je dû dire à la personne avec qui je discutais: "Excuse-moi, mais je n'ai pas le temps ce soir",alors que j'espérais  justement qu'elle me contacte ? Est-ce que, par égard pour elle, au contraire, j'aurais dû arrêter le film? Pour tout dire, j'ai plus l'impression d'avoir négligé ce dernier plutôt qu'elle.

   Tout ça  pour en arriver à cette question au combien essentielle : dois-je revoir le film?  C'est dingue comme on peut parfois se poser des questions existentielles dans la vie. Je n'en reviens pas moi-même.
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2007 2 25 /12 /décembre /2007 17:23
Oui, on est le 25 décembre et oui, je suis devant mon ordinateur! Et alors? Pourquoi je ferais comme tout le monde, repas en famille, cadeaux et tout le tralala? Alors qu'on est si bien chez soi et qu'il y a de si bons films encore à voir. C'est ridicule, surfait, Noël!
Bon, d'accord, je suis cynique  et je ments un peu. Mais on ne fait pas toujours ce qu'on veut et il y a parfois d'autres priorités.  Alors on essaye de se convaincre que cela n'a pas d'importance, et on regarde, peut-être d'un oeil que l'on aurait aimé moins envieux, tous les gens autour de soi se rassembler à cette occasion.

En parlant d'occasion, celle-ci en est une pour justement évoquer un bon film que j'ai vu dernièrement, que dis-je, un très bon film : La Banquière, avec Romy Schneider et plein de gens très connus. Oui, je sais, encore un film qui n'est plus à l'affiche depuis un bon moment. Mais comme pour moi, ce n'est pas ce qui compte...
Un classique à voir absolument, surtout si comme moi vous appréciez Romy.

208-labanquiere-romie.jpg

Bon, ben, allez, je me lance quand même... JOYEUX NOEL!
Voilà qui est fait.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 21:54
Qu'est-ce que c'est compliqué de trouver un titre!

   Le sujet qui m'intéresse aujourd'hui, c'est un film que j'ai vu hier soir. Je n'évoque pas souvent de films, non pas parce que j'en vois peu, mais plutôt parce que j'ai du mal à évoquer des films qui ne m'ont pas particulièrement plue.
   Celui-ci mérite largement une place dans ma catégorie "Bons films et qui en plus font réfléchir". Oublier Cheyenne est son titre. C'est un film français dont les thèmes principaux sont la nouvelle précarité, la marginalité,  le refus de la société telle qu'elle est et le désir de changer les choses. Bon d'accord, vu comme ça, ce n'est pas très enthousiasmant. Mais vraiment ça vaut le détour. Pour plus d'info, je vous renvoie à l'entretien donné par la scénariste/réalisatrice du film : http://www.filmsduparadoxe.com/cheyennecat.html (le dossier).

Réalisation originale, bons dialogues, bons acteurs, sujet très intéressant et qui interpelle et fait réfléchir (ça fait pas de mal parfois, non?) : que demander de plus?
Si vous voulez passer une soirée sympa, sans vous poser de questions, allez voir ailleurs, dans une autre vidéothèque. En revanche, si vous voulez passer une soirée devant un bon film qui vous fera vous interroger sur votre vie, peut-être même vous remettre en question, alors jetez-vous  à l'eau, mais ne vous noyez pas.



La décadence d'une société commence quand l'homme se demande : "Que va-t-il arriver ?" au lieu de se demander : "Que puis-je faire ?".
     [Denis de Rougemont]

Ne jamais perdre l'illusion que ce que l'on fait a de l'importance.
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 20:37
J'avais promis ( j'sais pas à qui, mais soit ) ici même de parler d'un livre quand je l'aurais fini. C'est maintenant fait alors j'me lance. Il s'agit de "Beatriz et les corps célestes" de Lucia Etxebarria. A priori tout le monde ne l'apprécie pas: je l'avais conseillé à une amie (OK, j'avoue, je parle avec d'autres personnes que vous) qui, après avoir eu quelques difficultés à le trouver, n'a pas dépassé le quart du livre. Alors que moi, j'ai adoré. Mais bon, heureusement, on n'aime pas tous les mêmes livres, sinon ça nuirait à la diversité. Et puis vous savez ce qu'on dit des goûts et des couleurs... sauf peut-être pour le rose, couleur que j'exècre, et là, faut être d'accord avec moi, sinon ça va mal se passer entre nous. A la rigueur, je ferai quelques exceptions pour certains lecteurs.
Vous voulez le résumé du bouquin? ET ben vous allez à la librairie du coin et vous lisez la quatrième de couverture, ou alors faites une recherche sur internet. Moi, je ne suis pas là pour vous macher le boulot non plus, ni pour rabacher des trucs écrits ailleurs!
Il y a pas mal de critères qui peuvent faire que l'on aime un livre ou non, tous très différents selon les personnes, selon le moment où on le lit, selon son humeur. Il y a des critères, et il y a des signes. Je peux vous en citer deux pour celui-ci: la difficulté à lacher le bouquin quand on le lit et l'envie qu'il ne se termine pas, alors même où il ne nous reste que quelques pages avant la fin. Ce sont pour moi des signes qui font qu'un livre est bon, qu'il a atteint son but. Bien entendu, il en faut plus pour faire d'un bouquin un chef d'oeuvre. Mais on ne lit pas des chef d'oeuvre tous les jours et on en écrit peut-être encore moins.
Bon ben voilà, Que dire d'autre? Ben rien (quand on n'a rien à dire...)

Tout bon livre doit savoir provoquer l'attente : lire, c'est attendre la suite !
[Frédéric Beigbeder]
Oui ben, c'est qu'est-ce que j'dit!

Un bon livre, c'est un livre qui te fait mal quand tu le refermes.
[Anonyme]

Certains livres se lisent à la cuisine, d’autres au salon. Un vrai bon livre se lit n’importe où.
[Thomas Chandler Haliburton]




 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 13:09
   Me voilà de retour dans le coin! "Mince" diront peut-être certains, mais ceux-là en principe ne sont quand même pas maso et, une fois qu'ils sont venus et ont vu, ils n'y reviennent pas.
   Vous qui lisez ces lignes, je suis sure qu'il vous arrive de naviguer au hasard (comme vous le faîtes peut-être maintenant) et de tomber sur des blogs à propos desquels vous vous dîtes: "je suis venu une fois, mais c'était déjà la fois de trop". Mon ambition à moi est limitée: faire en sorte que, si on n'a pas envie de revenir, on n'en regrette pas pour autant son passage.
  affiche.jpg J'avais envie de vous parler d'un film que j'ai vu récemment et que j'ai trouvé très bon.: "La fiancée du pirate", avec Bernadette Laffont et réalisé par Nelly Kaplan en  1969. D'accord le film n'est pas récent: on reconnait d'ailleurs à peine Bernadette Laffont. Mais ce qui m'intéresse, c'est de voir un bon film, et non le film à gros budget qui est sorti la veille à grands renforts de publicité dans tous les médias, voire de propagande tapageuse, mais qui se révèle en fin de compte sans intérêt, ou que l'on oublie aussitôt sorti de la salle. 
L'histoire: "Marie vit misérablement dans une cabane. A la mort de sa mère, les notables lui refusent de payer les obsèques et la bafouent. Marie décide alors de vendre ses charmes à ce ramassis d'honnêtes gens hypocrites, tout en enregistrant leurs confessions les plus intimes." (cinemotions.com)
Le film fut interdit au moins de 18 ans à sa sortie (ça peut parfois en convaincre certains d'aller le voir), mais remporta malgré tout un grand succès (comme quoi!).
Enfin bref, moi, j'ai bien aimé. Et je partage mon opinion avec moi-même. 
Il y a pas mal de critères qui peuvent faire d'un film qu'il soit bon ou non. Ces critères sont totalement subjectifs et varient même pour ma part selon l'humeur du moment. Je ne pourrais convaincre personne en disant pourquoi j'ai aimé ce film. Tout ce que je peux dire c'est que je ne me suis pas ennuyée et qu'il me reste en mémoire, ne s'efface pas au mot FIN.
J'espère que vous me donnerez votre opinion.


"Je préfère idéaliser le réel, sinon pourquoi aller au cinéma?"  Jacques Demy
nti_bug_fck
Partager cet article
Repost0
14 août 2007 2 14 /08 /août /2007 13:45
    Wahou, 2 articles en 2 jours: je n'en reviens pas moi-même. La cause en est un film que j'ai vu hier soir, juste après avoir écris sur ce même blog. Ce film n'est pas très connu. J'en avais lu une ou deux critiques lors de mes  déambulations sur le net. Ces rares critiques étaient plutôt très élogieuses. Je me suis dégotée ce long-métrage (plus de 2 heures).  Je veux vous faire partager mon enthousiasme, c'est même la première chose à laquelle j'ai pensé après le générique de fin.
    Ce film a pour titre "Butterfly" (titre original: "Hu die"); c'est un film hong-kongais de  2004, réalisé par Mak Yan Yan, avec Josie Ho. Mon but n'est pas de vous raconter l'histoire du film, ni même de vous sortir le synopsis. D'autres le font bien mieux que moi. De plus, j'aurais peur d'en donner une mauvaise image, celle d'un film mièvre, gnangnan et qui ne pourrait intéresser que les amatrices de scénarios romantiques et "fleur bleue". Or ce n'est pas le cas, ne vous arrêtez surtout pas au "pitch" (ça s'écrit comme ça?) de ce film.
    Un petit aperçu quand même: C'est l'histoire de Flavia, 30 ans, mariée et jeune maman, qui rencontre une jeune femme dans un super-marché et en tombe rapidement amoureuse (de la jeune femme, pas du magasin!). C'est vrai que si on s'en tient à cela, cela n'en fait pas le film du siècle, et peut en faire fuir certains. On pourrait s'attendre à un simple film sur un coming-out, au combat d'une femme contre son entourage et contre ses propres interdits, une résistance à ses pulsions, puis l'abandon à celles-ci. Rien de neuf quoi. Pourtant c'est bien plus que cela. Outre une bonne réalisation et le jeu des actrices et acteurs (voir le mari), ce film a un autre intérêt, en particulier pour nous, occidentaux: il ramène par des flashbacks le personnage central, Flavia, à se rappeler des événements de Tian an men et les manifestations contre le retour de Hong Kong au sein de la Chine. L'énormité du gouffre entre cette Chine hong-kongaise, moderne et finalement proche de nos sociétés occidentales, et la Chine traditionnelle telle qu'on la sait, liberticide et homophobe, m'a saisi durant toute la durée du film. Nous sommes tellement loin, nous ne savons rien en réalité de ce qui se passe là-bas, des changements qu'il y a pu y avoir après la rétrocession.
    Je suis d'accord avec les critiques qui écrivent que "Butterfly  est un film plus complexe que ne le laisse prévoir le scénario, ou même un premier visionnage". Outre ce caractère politique et sociétal, il recèle de multiples scènes à ne pas rater. J'ai notamment beaucoup aimé celle de la serveuse et du client qui dessine sur le set de table.
    Pour ne rien gacher, le film est également d'une grande beauté (en particuler grâce à la plastique de ses actrices) et tout à la fois sensible et sensuel (croyez-moi).
    A noter également la bande-son que j'ai bien aimé. Mais bon, là il n'y avait pas de traduction, alors ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit! Mes oreilles étaient en tout cas séduites.
    Pour finir, c'est l'occasion pour moi de compléter un peu l'album photo de ce blog, album je le reconnais très mince puisqu'il se limitait à un film (mais quel film!) : Bound. Venez faire un tour de ce côté-ci : ça ne prend pas longtemps.

    Bon, vous avez compris je pense: je vous recommande ce film (à ne pas rater!). Et si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez laisser des com, à condition de rester poli: on peut toujours en discuter. Si vous êtes du même avis, s'il vous plaît, laissez des com aussi! Je vais quand même pas me mettre à genou! Si?
Partager cet article
Repost0