Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Face Cachée

  • : Le blog de Eurêka
  • : Tout ce qui me fait débloquer.
  • Contact

Albert Einstein

"La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre."

Juste par curiosité...

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog
27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 19:00
    Pour ceux qui s'intéresseraient aux suites de mes ennuis avec mes nouveaux voisins, il est temps de faire le point. Cela intéresse quelqu'un, hein? tant pis. J'en parlerai quand même.
    Bref rappel des faits en cause: ces chères personnes garent leur scooter et moto (quand c'est pas l'un, c'est l'autre) devant la fenêtre de ma salle de bain, pièce semi enterrée, ce qui
1° cache la lumière dans tout l'appart   
2°n'est esthétiquement pas très chouette: vue sur les roues et le moteur
3°fait du bruit quand ils partent ou arrivent
    Je suis donc poliment venue me présenter et exposer mon problème. 2 jours plus tard, cela recommence. Je retourne donc en expliquant toujours posément que ma requête est légitime et qu'ils feraient de même si quelqu'un se garait devant leurs fenêtre. Ils repoussent encore de suite le deux-roues. 2 JOURS! Et puis le cinéma reprend. Ce week-end, après environ 2 semaines après notre dernière discussion, j'opte pour une autre solution: j'accroche sur la fenêtre en question un feuille qu'ils ne peuvent pas rater, et sur laquelle il est inscrit: " Ceci est une fenêtre, Merci de ne pas vous garer devant!"
    Et bien, vous me croirez ou non: aucun effet. A la limite, la maman (propriétaire du scoot) se gare à moitié devant la fenêtre. Tandis que le fiston de 20 ans semble prendre un réel plaisir à se garer en plein devant. Mais peut-être ne sait-il pas lire? Peut-être que je m'en prends injustement à un être dénué de toute intelligence? Ce qui serait vraiment pas bien. Vilaine!
    Enfin bref, vous l'aurez compris, je suis en colère, voire en rage, et je ne sais plus quoi faire. Dégonfler leurs pneu? On me l'a déjà conseillé, mais ce n'est pas mon genre. Les harceler jusqu'à ce qu'ils craquent? Ils sont plus endurant que moi. Et puis, quand on n'a pas compris quelque chose d'aussi simple que cela en 2 fois, il ne sert à rien d'insister: c'est mission impossible.

    Si quelqu'un a une idée, je suis ouverte à tout proposition (décente!).

Partager cet article

Repost0
14 août 2007 2 14 /08 /août /2007 13:45
    Wahou, 2 articles en 2 jours: je n'en reviens pas moi-même. La cause en est un film que j'ai vu hier soir, juste après avoir écris sur ce même blog. Ce film n'est pas très connu. J'en avais lu une ou deux critiques lors de mes  déambulations sur le net. Ces rares critiques étaient plutôt très élogieuses. Je me suis dégotée ce long-métrage (plus de 2 heures).  Je veux vous faire partager mon enthousiasme, c'est même la première chose à laquelle j'ai pensé après le générique de fin.
    Ce film a pour titre "Butterfly" (titre original: "Hu die"); c'est un film hong-kongais de  2004, réalisé par Mak Yan Yan, avec Josie Ho. Mon but n'est pas de vous raconter l'histoire du film, ni même de vous sortir le synopsis. D'autres le font bien mieux que moi. De plus, j'aurais peur d'en donner une mauvaise image, celle d'un film mièvre, gnangnan et qui ne pourrait intéresser que les amatrices de scénarios romantiques et "fleur bleue". Or ce n'est pas le cas, ne vous arrêtez surtout pas au "pitch" (ça s'écrit comme ça?) de ce film.
    Un petit aperçu quand même: C'est l'histoire de Flavia, 30 ans, mariée et jeune maman, qui rencontre une jeune femme dans un super-marché et en tombe rapidement amoureuse (de la jeune femme, pas du magasin!). C'est vrai que si on s'en tient à cela, cela n'en fait pas le film du siècle, et peut en faire fuir certains. On pourrait s'attendre à un simple film sur un coming-out, au combat d'une femme contre son entourage et contre ses propres interdits, une résistance à ses pulsions, puis l'abandon à celles-ci. Rien de neuf quoi. Pourtant c'est bien plus que cela. Outre une bonne réalisation et le jeu des actrices et acteurs (voir le mari), ce film a un autre intérêt, en particulier pour nous, occidentaux: il ramène par des flashbacks le personnage central, Flavia, à se rappeler des événements de Tian an men et les manifestations contre le retour de Hong Kong au sein de la Chine. L'énormité du gouffre entre cette Chine hong-kongaise, moderne et finalement proche de nos sociétés occidentales, et la Chine traditionnelle telle qu'on la sait, liberticide et homophobe, m'a saisi durant toute la durée du film. Nous sommes tellement loin, nous ne savons rien en réalité de ce qui se passe là-bas, des changements qu'il y a pu y avoir après la rétrocession.
    Je suis d'accord avec les critiques qui écrivent que "Butterfly  est un film plus complexe que ne le laisse prévoir le scénario, ou même un premier visionnage". Outre ce caractère politique et sociétal, il recèle de multiples scènes à ne pas rater. J'ai notamment beaucoup aimé celle de la serveuse et du client qui dessine sur le set de table.
    Pour ne rien gacher, le film est également d'une grande beauté (en particuler grâce à la plastique de ses actrices) et tout à la fois sensible et sensuel (croyez-moi).
    A noter également la bande-son que j'ai bien aimé. Mais bon, là il n'y avait pas de traduction, alors ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit! Mes oreilles étaient en tout cas séduites.
    Pour finir, c'est l'occasion pour moi de compléter un peu l'album photo de ce blog, album je le reconnais très mince puisqu'il se limitait à un film (mais quel film!) : Bound. Venez faire un tour de ce côté-ci : ça ne prend pas longtemps.

    Bon, vous avez compris je pense: je vous recommande ce film (à ne pas rater!). Et si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez laisser des com, à condition de rester poli: on peut toujours en discuter. Si vous êtes du même avis, s'il vous plaît, laissez des com aussi! Je vais quand même pas me mettre à genou! Si?

Partager cet article

Repost0
13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 20:18
    Aux tous débuts de ce blog, quand je l'ai créé, je ne savais pas trop de quoi j'allais bien pouvoir parler (certains diront que je ne le sais toujours pas vraiment). J'avais plein d'idées, plein de coups de gueule à pousser, plein de colères à partager, plein de coups de coeur aussi (sinon je ne serais qu'une chieuse toujours en train de râler, ce que je ne suis pas, hein?). Enfin bref, j'avais plein de choses à dire. Mais quand je me  retrouvais devant mon ordinateur et la page "Rédigez votre article", plus rien, plus d'idée. Un peu comme un écrivain qui sait qu'il a plein d'histoires à raconter, mais qui, une fois devant sa page blanche, perd tous ses moyens.
    Je réflechissais donc à tout cela il y a quelques semaines au volant de ma voiture. Et il me venait des idées, des thèmes à aborder. Mais bien sûr, pas d'ordinateur sous la main!  celui-là, il n'est jamais là quand on en a besoin! (c'est pas le seul d'ailleurs)
   Et puis d'un coup, la solution: et si je faisais une liste des sujets que je voulais aborder, liste que je complèterais au fur et à mesure. Voilà un moyen pour ne plus passer des heures (euh, j'exagère peut-être un peu) devant mon écran à chercher de quoi  je pourrais parler, alors même que j'avais eu plusieurs idées  quelques temps auparavant.
   Et là, badaboum: je réalise que je retombe dans l'un de mes tics les plus fréquents et qui consiste à faire des listes à la moindre occasion. Tout peut faire l'objet d'une liste: les courses (bien sûr), ce qu'il faudrait que je fasse dans les prochains jours, ce que je dois emmener pour aller chez untel, ce que je dois récupérer chez untel, ce dont je dois parler à untel quand je l'appellerai, etc... J'ai donc chez moi plein de listes qui traînent  sur mon bureau (et non, pas sur le frigo!), généralement sur de petits bouts de papier.
Bien entendu je me suis auto-analysée: je le vois comme une façon pour moi de me rassurer, un moyen de soulager ma peur d'oublier quelque chose, et par là même, d'atténuer toutes mes autres angoisses. Mais je crains que ce ne soit qu'un subterfuge. Aussi j'ai décidé, et pour l'instant je m'y tiens, de ne pas élaborer cette fameuse liste  et de continuer mon blog ainsi, ce qui explique en partie le faible nombre de mes posts. J'aimerais pouvoir dire que je ne l'ouvre que lorsque j'ai quelque chose à dire, mais j'ai peur que d'aucun me réponde "si seulement".
    Je sais ne pas être la seule à tout lister. Serrons-nous les coudes dans ce combat contre cette maladie qui fait sans cesse de nouvelles victimes ! Bon, là d'accord, j'en fais trop.  Mais ceci est mon lieu de liberté totale à moi! Non mais!!!

Je n'ai pas trouvé de citation en rapport avec cet article. Alors en voilà une qui me plait beaucoup, juste pour le plaisir:
« Tout le monde savait que c'était impossible à faire. Puis un jour quelqu'un est arrivé qui ne le savait pas, et il l'a fait. » Winston Churchill

Partager cet article

Repost0
8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 20:31
    Alors là c'est le bouquet!  Non mais vraiment, y-a des jours!
    Je m'explique (je sais, pour l'instant, c'est pas bien clair): entre mes nouveaux voisins qui s'obstinent à m'obstruer mes fenêtres semi-enterrées avec leurs deux-roues, les virus qui grouillent dans mon ordinateur (j'adoooore l'informatique et en particuliers ce genre de petits désagréments ) et une entorse qui s'est jetée sur moi pendant la nuit (nan nan, je ne faisais pas des folies de mon corps(cela eut été plus glorieux); je dormais tout simplement et je me suis réveillée à 3 heures du mat, au sol, avec une atroce douleur à la cheville). Si si, c'est possible, j'vous jure, j'mens pas!
Et bien, entre tout ça, vous reconnaîtrez que je suis pas gâtée.
    Une seule solution: prendre les choses avec philosophie, et se dire que cela ira mieux demain.. heu, peut-être plutôt après-demain (il vaut mieux prendre large: on n'est moins déçu).
    Pour les virus dans la machine et l'entorse, je veux bien faire preuve de philosophie. Quant aux voisins, c'est autre chose. Je déteste , voire j'abhorre toutes ces histoires de voisins qui se crêpent le chignon pendant des années et ne se rappellent même pas ce qui est à l'origine de leur discorde. Alors ce n'est pas pour commencer aujourd'hui à chercher des noises à de nouveaux voisins. Pourtant c'est ce qu'ils semblent croire. Et oui, c'est moi la chieuse dans cette histoire! On me dit: "tu devrais leur faire ci ou ça". Mais je n'en ferai rien. Ce n'est pas mon style. Je suis allée les voir 2 fois en 3 jours. La balle est dans leur camps. J'ai bien peur que, encore une fois, je prendrai sur moi. Je ne me vois pas me glisser dans la nuit pour aller leur dégonfler leurs pneus!
   Le premier qui me conseille de faire appel à Julien Courbet sera écartelé en place publique comme dans le bon vieux temps des supplices. Et je ne plaisante pas! Je le poursuivrais et le retrouverais quoi qu'il m'en coûte!

"N'ayez pas de voisins si vous voulez vivre en paix avec eux." Alphonse Karr
"Evite d'insulter ton voisin, car il demeure toujours à tes côtés"  Abû Bakr

Partager cet article

Repost0
4 août 2007 6 04 /08 /août /2007 17:39
    J'ai peur de beaucoup de choses: du  feu, des serpents, des gens que je ne connais pas, de la vitesse, de la hauteur,  du sang, des piqures, des bestioles qui pondent sous la peau, que mon ordinateur et ma télé me lachent...
    Mais ce dont j'ai le plus peur, c'est de rester toute seule.  Je n'aime pas la foule. Je ne la recherche pas. Elle n'est pas capable de combattre mon sentiment de solitude. Elle n'est qu'un mensonge. J'ai besoin d'être entourée; j'ai besoin que l'on prenne des nouvelles de moi, non par obligation mais par réelle envie d'en avoir; j'ai besoin de pouvoir appeler quelqu'un pour discuter de la pluie et du beau temps; j'ai besoin que l'on ai besoin de moi. Mes parents sont partis vivre à l'étranger. Je ne leur reproche rien: leurs enfants sont grands, ils vivent leur vie. Et maintenant ma soeur, qui est aussi ma meilleure amie, pense en faire de même! Je voudrais ne plus avoir besoin d'elle, tout au moins pas si souvent. Je voudrais pouvoir compter sur d'autres personnes. Je voudrais trouver une personne qui me serait encore plus proche.
    Et j'ai toujours cette peur au ventre: et si je ne rencontrais jamais cette personne; et si, même pendant quelques temps, je ne connaissais jamais cette quiétude. Et si je devais supporter cette solitude jusqu'à la fin de mes jours. On dit que certaines personnes âgées finissent leurs jours seules. J'ai parfois l'impression d'être déjà comme elles.
Que les jours risquent de me sembler longs alors!

    Contrairement à ce que peut laisser croire ce qui précède, je ne suis pas au bord du suicide. Non non, c'est pas pour moi! J'ai trop de choses à faire ici bas, trop de choses à voir! J'ai pas de temps à perdre. Seulement je ne voudrais pas voir toutes ces choses toute seule, je voudrais pouvoir les partager avec quelqu'un d'autre. J'ai plein de choses à partager, enfin je crois.
    Je sais, c'est sûrement ma faute. Il y a un truc qui fonctionne mal chez moi.  Enfin, je crains surtout d'être trop exigeante. Ben oui, déjà je cherche une femme: ça limite le champs des postulants! En plus, j'attends toujours que les autres fassent le premier pas: j'ai trop peur de l'échec, voire du ridicule!

    Je sais, c'est pas très drôle tout ça, peut-être même pas très intéressant. Mais c'était mon humeur du jour (ainsi que celle du mois, voire de l'année, que dis-je, de la décennie).
    Je sais aussi que ce post était un peu trop centro-centré sur mon petit être égoïste. Et le pire, c'est que je ne vais même pas demander pardon!


« Notre grand tourment dans l'existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu'à fuir cette solitude. » Guy de Maupassant (Solitude)

"L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude."
Hugo, Victor (1802-1885)
La Fin de Satan (1886)

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 15:16
   Bon d'accord, je n'ai aucun mérite : tout le monde s'en doutait, ou presque. Et oui, il y a du dopage dans le cyclisme, et oui, ça fait scandale. Bon ok, j'ai fait une erreur: on n'a pas attendu la rentrée pour en entendre parler. Et puis, après tout, c'est plus drôle comme ça: ça donne un peu d'intérêt à la chose. C'est vrai que ces dernières années, arrivé la 3ème semaine, on savait déjà qui allait gagner. Rasmussen vient de plier bagage et les principaux favoris font de même de jour en jour. Enfin de l'action! du suspense! tintintin! Qui sauvera sa peau?
   Je fais une proposition: et si cette année on donnait le maillot jaune au dernier de la course. Pas sûr qu'il soit plus propre que les autres, mais juste pour le fun.
    Pour beaucoup d'enfants, le Tour de France, c'est attendre toute la journée au bord d'une route que la caravane publicitaire passe et  ramener le plus de casquettes et autres objets de toutes sortes chez soi. C'est du moins le souvenir que j'en ai gardé. Est-ce que les  gamins d'aujourd'hui n'aurons pour souvenir uniquement que le meilleur dopant sur le marché c'est celui qui reste indétectable lors des contrôles?

   Restons-en là!

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 13:24
    J'avais envie  de  raconter la semaine qui vient de s'écouler. Je peux la résumer en ces termes: gazou gazou, areu areu.
    Je m'explique: un couple d'amis est venu en vacances avec leur bébé de 4 mois. On aurait pu craindre le pire: un mioche qui dort, mange et hurle le reste du temps, un petit gnome qui serait pour nous plus une contrainte qu'autre chose.
    Et bien je vais vous avouer quelque chose: j'ai eu un coup de foudre pour ce petit bonhomme. Certes, il a dormi beaucoup, mangé souvent et hurlé quelque fois, mais ses sourires, son joli minoi et ses gazoullis ont eu raison de moi. Tout comme les parents, j'ai gagatté toute la semaine, l'ai trouvé beaucoup plus beau que les autres enfants de son âge (ce qui est vrai!) et ai admiré le moindre de ses gestes et progrès. C'est grave, docteur?
Je dois reconnaître qu'il me manque déjà. Mais j'ai une crainte: celle qu'il change, qu'il perde cette innocence, cette simplicité des relations et cette joie simple de vivre le moment présent comme il vient.
    Comment? J'entends que quelqu'un prétend que le sien est le plus beau des bébés? DEHORS!

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 20:47
plante-copie-1.jpg     Mon coup de coeur du jour va à ... la nature.  Pourtant on n'y met pas du notre! Dans ma rue, des roses trémières transpercent le béton on ne sait trop comment pour se développer et refleurir chaque année.  Quand je vois une fleur qui s'obstine à pousser entre les pierres d'un mur ou un arbre qui fini d'abattre un maison vieillissante, ça me met du baume au coeur! C'est plus fort que moi, comme une mère devant son enfant qui fait ses premiers pas, je m'attendris. J'ai envie de l'encourager encore et de lui crier mon admiration. D'accord, c'est très primaire comme réaction, mais si je vis à la campagne, ce n'est pas parce que je ne peux pas vivre en ville, mais parce que je ne veux pas: d'abord, y-a plein de monde (Ah des gens!!), ensuite c'est tout gris (heureusement parfois y-a des tags sur les murs) et c'est dur sous les pieds ( sauf quand on marche dans vous savez quoi).
     Aujourd'hui, j'ai envie de dire: "vive les arbres, les fleurs et les petits oiseaux" .... et "Peace and love". Houla, je suis de bonne humeur aujourd'hui, ça me surprend moi-même. Profitons-en, ça ne dure jamais longtemps des crises comme celle-là.  J'en connais la cause: soleil (fréquent chez moi, mais là pas un nuage à l'horizon) + chaleur (mais pas encore trop) + Bouchons sur les routes (mais je suis pas dedans)= je recharge mes batteries.
    Alors faîtes l'amour, pas la guerre (et j'ai rien fumé, promis)!

 

 

"Le comportement borné des hommes en face de la nature conditionne leur comportement borné entre eux."
(Karl Marx / 1818-1883)
à méditer...


"N'oubliez pas que la terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux."
(Khalil Gibran)
à pratiquer...

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 20:38
Ca y est, ça recommence. Super! (ironie)
    3 semaines de tour de France, tous les jours (ou presque) dans tous les médias! On va se régaler. Même les Jeux Olympiques ne durent que 2 semaines. Mais non, les cyclistes (je parle surtout des professionnels), il faut toujours qu'ils fassent mieux que les autres: plus vite, plus haut, plus fort,plus dopé. Dans 3 semaines, on  félicitera le vainqueur et avant la fin de l'été, 2 ou 3 petits scandales de dopage viendront s'ajouter aux  marronniers des journaux télévisés, à savoir la rentrée des classes et les grèves de septembre.
    On se fait une raison et on fait avec (on n'a surtout pas le choix). Mais j'aimerai qu'on m'explique une chose: comment ça se fait que le tour parte de Londres? Sauf si j'ai raté un truc, Londres ne se trouve pas en France, non? Si? Non!
    J'ai une idée: et si on faisait un "Tour d'Europe".  Etant donné les progrès en dopage, ça devrait être dans la mesure du possible.  Ah mais je suis bête: on serait encore capable de le faire partir de Marrakech!
   
    Petite précision: je n'ai rien contre le vélo , j'en fais même à l'occasion. Je regarde aussi certains sports à la télévision (quand les chaînes généralistes nous proposent autre chose que du foot, du rugby et ... du cyclisme, c'est-à-dire pas très souvent). Mais ne me demandez pas de suivre TOUS les jours pendant 3 SEMAINES des gars drogués qui ont une oreillette pour que un autre gars dans une voiture (pollueur!) leur dise quoi faire, quand accélérer, quand doubler!

   La prochaine fois, je vous parlerai de ma grande passion pour la Formule 1: des voitures hyper polluantes qui tournent sur un circuit en faisant un bruit d'enfer. Le pied total! (Pitié)

"Le Tour de France, il serait moins dur à faire sans le vélo que sans le dopage. Et encore, il faudrait qu'il fasse beau!"
Michel Colucci, dit Coluche

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 14:12
ou week-end si vous préférez.
   Mais  ce n'est pas de celui qui vient dont je veux vous parlez mais du précédent. Je sais, ça fait déjà 4 jours qu'il est fini: certains ont déjà oublié ce qu'ils ont fait, soit parce qu'ils n'ont justement rien fait, soit parce qu'ils étaient trop ivres pour s'en souvenir (dans ce cas -là, il vaut souvent mieux oublié si on veut garder son amour propre).
   Un grand homme a dit:"Un homme qui ne boit que de l’eau a quelque chose à cacher à ses semblables."
En gros: il a quelque chose à se reprocher. Bon allez, je le dénonce (c'est pas mon habitude, je tiens à le préciser): il s'agit de Charles Baudelaire.
   Est-ce qu'il veut dire par là qu'un homme qui boit ne peut rien cacher de lui-même et donc que si on veut le faire, il vaut mieux se contenter d'eau, ou est-ce que cela signifie qu'un homme (ou une femme, pas de discrimination ici!) qui boit uniquement de l'eau n'est pas net et que l'on doit s'en méfier?

    Je serais plutôt de l'avis de dire qu'une personne qui a quelque chose à cacher ne devrait boire que de l'eau.
Je sais pas pour vous, mais l'alcool a un effet désinhibiteur sur moi. Je ne me met pas à danser sur les tables, mais les mots sortent de ma bouche à une rapidité proportionnelle à la quantité d'alcool ingurgitée (ok, en temps normal, j'suis pas bavarde), excepté lorsque j'ai atteint le point critique (que je n'ai pas atteint depuis longtemps, because j'aime pas vomir). L'alcool ralentit les neurones, mais pas la boite à parole. On parle d'abord, on réfléchit à ce qu'on a dit après, voire le lendemain, voire le surlendemain si on s'en rappelle.
    Perso, je fais assez de gaffes à jeun pour ne pas en rajouter encore en buvant plus que de raison à la moindre occasion. En plus, et je me répète mais j'y tiens, j'aime pas vomir (pas vous?). J'suis pas du genre à finir une soirée la tête sur les chiottes après avoir brillamment aspergé la plus jolie fille de la soirée.

    Pour en venir à mon week-end, anniversaire d'un cousin oblige, j'ai bu 2 p'tites bières, on va dire 3 verres de rhum (pas petits, les verres) et une coupe de champagne. Pas de problême le soir même (enfin j'espère que j'ai pas dit trop de conneries), mais le lendemain j'ai bien compris que le champagne était de trop: maux de tête (j'aime pas ça non plus) et de ventre toute la journée.
Alors, c'est décidé: j'arrête le champagne.
N'empêche, ça fait du bien de desserrer de temps en temps un peu les liens virtuels auxquels on s'enchaine. On se sent un instant plus libre. On a l'illusion de faire partie intégrante d'un groupe. On a l'illusion d'être écouté. On a l'illusion d'être entendu.

   Pour en finir avec le sujet, je tiens à dire que je connais des personnes très bien qui ne boivent pas d'alcool ou inversement qui en boivent parfois trop au point de se mettre minables. Mais, en général, ce sont ces derniers qui gachent la soirée de tous. Allez va, on vous pardonne pour cette fois!

    J'vous laisse, je vais boire l'apéro (ah non, c'est pas l'heure)!



   

Partager cet article

Repost0